Comment réduire ses impôts quand on est célibataire

Savoir comment réduire ses impôts en 2020 quand on est célibataire n’est pas facile mais ça peut rapidement devenir une nécessité. En effet, lorsqu’on est seul et sans enfant et surtout lorsqu’on gagne beaucoup d’argent, le montant de l’impôt peut très vite devenir un très gros problème de budget. Bien qu’il existe plusieurs moyens de réaliser des économies sur le montant des impôts, il faut tout de même noter que ces dispositifs ne s’adressent pas spécialement à un contribuable célibataire. Cela dit, il lui permet de réduire de manière importante le montant de son impôt.

Comment réduire ses impôts quand on est célibataire ? Participer au capital d’une entreprise

C’est une méthode très intéressante pour réussir à diminuer le montant de ses impôts quand on est célibataire. Cependant, ce dispositif défiscalisant est aussi ouvert aux non-célibataires. Comment réduire ses impôts quand on est célibataire en investissant dans une entreprise ? Rien de plus simple que choisir des entreprises non cotées en bourse, jeunes et/ou innovantes.

Le bénéfice qu’on peut en tirer est une réduction d’impôt de 18 % des sommes versées aux capitaux de ces entreprises. Cette réduction est également valable pour les investissements indirects au travers de holdings grâce à des plateformes de crowdfunding et au FIP (fonds d’investissement participatif) et FCPI (fonds commun de placement dans l’innovation).

Le FIP DOM ainsi que le FIP Corse quant à eux sont hautement plus avantageux sur le plan fiscal, avec un plafond d’investissement de 12 000 pour un célibataire, la réduction d’impôt consentie va atteindre les 38 %. Cependant, il faudra garder ses actifs pendant 5 ans au moins avant de songer à la vendre ou à en faire autre chose.

Faire des dons à une association

Voilà comment réduire ses impôts quand on est célibataire ! Les dons aux associations reconnues d’utilité publique ou encore d’intérêt général sont inclus dans la loi fiscale de réductions d’impôt. Une fois qu’il a été déclaré et fait dans les règles, vous pouvez profiter des avantages fiscaux y afférents dans la limite de certaines règles.

Le don doit être fait en bonne et due forme, il peut être fait de la manière suivante :

  • En espèces (versement d’une somme d’argent) ;
  • En nature (objet de collection de valeur, œuvre d’art, etc.) ;
  • En abandon de revenu (offre d’un local gratuit avec un contrat de bail).

En général, un don est soumis à une réduction d’impôt de 66 % de la somme versée dans une limite de 20 % du revenu imposable. Elle peut atteindre 75 % pour un plafond d’environ 530 euros si le don est fait à une association caritative.

En investissant dans la pierre, vous pouvez largement diversifier vos actifs. Soit vous optez pour l’investissement en centre ville pour assurer le rendement locatif soit dans les quartiers d’avenir pour obtenir de bonnes plus-values.

Investir dans l’immobilier

La loi Pinel est un dispositif défiscalisant très intéressant pour un célibataire qui souhaite réduire ses impôts. Il concerne des investissements immobiliers à neuf fait dans des zones très précises. La réduction d’impôt sur le revenu peut atteindre les 63 000 euros pour une location de 12 ans.

Ce dispositif peut également être appliqué dans l’immobilier ancien à rénover et en outre-mer, les taux de défiscalisation y étant très intéressants. Il existe également d’autres dispositifs défiscalisants à peu près similaires à la loi Pinel comme la loi Malraux par exemple, qui permet d’aider en cas de déficit foncier pour un propriétaire bailleur recevant déjà un revenu foncier.

Il y a également des dispositifs aussi attrayants du point de vue fiscal qui correspondent à des formules d’investissement immobilier qui permettent de générer un revenu très peu ou même non taxable. Les loueurs meublés non professionnels (LMNP) en sont des exemples, vous pouvez également profiter d’une décote à l’achat en contrepartie du renoncement des revenues avec une acquisition de la nue-propriété d’un bien.

Les déductions fiscales sur l’épargne retraite

Voilà également comment réduire ses impôts quand on est célibataire. Il s’agit de profiter d’une déduction fiscale de l’épargne retraite. Cette astuce plus intelligente permet de réduire le revenu imposable plus que réduire l’impôt en lui-même. Épargner pour la retraite avec un PERP est la solution idéale pour ce cas précis.

Avec un plan d’épargne retraite populaire souscrit dans la limite du plafond d’épargne retraite inscrit sur l’avis d’imposition, des économies d’impôts pourront être réalisées. En effet, avec un fonctionnement quotidien presque identique à une assurance vie, on peut donc y effectuer des versements libres ou programmés sur des placements à capital garanti.

La différence entre un PERP et une assurance vie est qu’il est bloqué jusqu’au départ à la retraite où il sera versé sous forme de rente viagère. L’avantage fiscal est donc que les versements sur un PERP donnent au titulaire une baisse du revenu imposable chaque année en fonction des sommes versées durant la phase de cotisation de l’épargne.

Épargner son salaire

C’est aussi une astuce qui est très intéressante pour votre besoin de réduction de l’impôt, sur le plan fiscal celui qui a opté pour un dispositif d’épargne salariale peut plutôt le faire fructifier au lieu de percevoir directement. En effet, cette technique permet au salarié de profiter d’un gros avantage.

Choisir de toucher plutôt une prime d’intéressement annuelle couplée à la participation au bénéfice peut permettre de compléter un salaire dans le but de réaliser une dépense imprévue ou un achat important. Cependant, ces sommes doivent être optimisées du point de vue fiscal en étant affectées à un plan d’épargne pour la retraite collectif PERCO ou à un plan d’épargne d’entreprise (PEE).

Les frais professionnels au réel

Pour savoir comment réduire ses impôts quand on est célibataire, pensez aux frais professionnels au réel ! Il faut d’abord déterminer si votre profession occasionne des frais importants dans ce sens. En effet, le calcul effectué par l’administration fiscale est défavorable pour un salarié dont le travail entraine des frais professionnels importants. C’est pour cette raison que l’autorité fiscale concède à ce type de salarié une option pour frais fiscaux.

Il s’agit donc du montant réel de ces frais, cet abattement pour frais professionnels est applicable dans une proportion de 10 % de ce montant. C’est surtout intéressant lorsque le montant des dépenses professionnelles est supérieur aux 10 % correspondant à la déduction forfaitaire. Cela dit, si vous percevez des indemnités pour frais professionnels de votre employeur, ils seront compris dans la déclaration de revenu et donc taxables.