Le point sur la défiscalisation des travaux locatifs 2020

La défiscalisation des travaux locatifs en 2020 peut être sujette à quelques petites turbulences dues au prélèvement de l’impôt à la source mis en place en 2019. Elle crée une situation fiscale assez particulière surtout pour la défiscalisation des travaux de rénovation pour les investissements immobiliers en location nue. Il faudra par conséquent prendre le temps de bien étudier cette question pour éviter des erreurs qui pourront peser sur le budget au final. Il existe également des mesures d’accompagnement pour les travaux locatifs qui sont également très intéressantes, bien qu’elles soient soumises à des conditions assez strictes.

Le prélèvement à la source 2019

La mise en place du prélèvement de l’impôt à la source a bel et bien commencé le 1er janvier 2019, ce qui met un terme au risque d’annulation ou de report de ces derniers temps. La bonne nouvelle est que les revenus réguliers de 2018 ne seront pas imposés d’où le terme d’année blanche fiscale par conséquent l’imposition de 2018 sera basée sur le revenu de 2017 et celle de 2019 sur le revenu de 2019.

Pour éviter une surfacturation fiscale (double imposition), les autorités ont mis en place ce qu’ils ont convenu de nommer le CIMR (Crédit d’Impôt Modernisation du Recouvrement). Son objectif est d’annuler vos impôts sur vos revenus normaux de 2018, cependant tous vos revenus de cette année ne sont pas concernés. En effet, les revenus exceptionnels par exemple ceux issus d’une vente immobilière avec une plus-value à la clef ne pourront pas échapper à un impôt.

Ces changements sont importants pour les investisseurs en immobilier locatif, notamment, il faudra être vigilant sur la manière dont seront pris en compte les travaux déductibles des revenus fonciers selon leurs années de réalisation. La question est de savoir si les travaux locatifs seront plus favorables en 2020. Justement, intéressons-nous à ce sujet.

Un mécanisme spécial pour la défiscalisation des travaux locatifs 2020

Compte tenu du fait qu’il n’y aura pas d’impôt sur le revenu à payer en 2018, il va de soi que tous les travaux réalisés sur un bien immobilier locatif sont inutilement déduits de ces revenus. Par conséquent, ils ne changeront rien à ce que vous êtes censé percevoir en 2018, cela dit ce pourrait être une aubaine pour de nombreux investisseurs. C’est pour cette raison que les autorités ont mis en place un système permettant de prendre en compte le type de travaux réalisés en 2018.

Ainsi, les travaux réalisés en 2018 seront entièrement déduits de vos revenus de cette année. En ce qui concerne 2019, il sera question de déduire la moyenne des travaux réalisés en 2018 et en 2019 donc la moitié des dépenses engagées pour les travaux de 2018 dans le cas où vous n’avez pas fait de travaux en 2019. 2020 verra ainsi une reprise normale de la déductibilité pour les revenus locatifs déclarés au régime du réel.

L’Agence nationale de l’habitat est un établissement public placé sous la tutelle des ministères en charge de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, de l’Action et des Comptes publics et du ministère de l’Economie et des Finances. L’Anah encourage ainsi les travaux de rénovation et réhabilitation des logements en accordant des aides financières aux propriétaires occupants modestes et aux syndicats de copropriétés fragiles et en difficulté.

Les aides de l’ANAH pour la défiscalisation des travaux locatifs 2020

Lorsque l’on est propriétaire d’un bien à louer, prévoir le budget pour entretenir et remettre à neuf des équipements ou des installations est plus que nécessaire. Généralement, les travaux d’entretien et de réparation sont plutôt lourds et demandent un très grand effort financier qui peut être supporté par les aides de l’ANAH. Refaire l’installation électrique ou les arrivées d’eau, renforcer l’isolation thermique ou acoustique du domicile, refaire une salle de bain, une salle d’eau ou une cuisine sont autant de travaux budgétivores que l’ANAH peut vous aider à réaliser à moindre coût.

En effet, votre logement (compte tenu de l’investissement à réaliser) pourrait ne pas être aux normes faute de quoi, il restera inhabitable pour un bon bout de temps. La vocation de l’ANAH est d’apporter des solutions aux propriétaires en difficulté. Elle met à leur disposition des mesures de défiscalisation des travaux locatifs pour 2020. Cependant, ces nombreuses aides sont soumises à des conditions bien précises. Voici ce qu’il faut savoir à ce sujet.

Conditions pour bénéficier de l’aide de l’ANAH et procéder à la défiscalisation des travaux locatifs 2020

Les aides de l’ANAH sont très importantes en cela qu’elles permettent grâce à une défiscalisation des travaux locatifs en 2020 de faire de très grosses économies financières et énergétiques. Un diagnostic doit être réalisé avec un conseiller de l’ANAH sur l’état de logement afin d’en évaluer le besoin. En effet, les travaux de rénovation peuvent concerner la rénovation énergétique ou encore le renforcement de la structure du logement, par exemple. Les conditions d’obtention des aides de l’ANAH sont les suivantes :

  • Vous acceptez de ne pas dépasser le montant des loyers fixés par l’ANAH ;
  • Vous vous engagez à mettre votre bien en location pendant au moins 9 ans ;
  • Vous garantissez la pratique de loyers abordables surtout pour les personnes aux revenus modestes ;
  • Vous vous engagez à louer à des personnes dont les ressources se trouvent en deçà des plafonds nationaux.

Il faut noter que plus le montant du loyer que vous fixerez sera bas, plus la réduction fiscale sera importante :

  • 30 % de réduction fiscale pour les loyers dits « intermédiaires » ;

60 % de réduction fiscale pour les loyers considérés comme sociaux ou très sociaux.

Les aides de l’ANAH pour la rénovation

L’ANAH peut vous apporter en termes de défiscalisation des travaux locatifs en 2020 les aides suivantes :

  • Pour des travaux de mise en sécurité et de salubrité ; 35 % du montant des travaux HT dans une limite de 21 000 euros par logement (programme habiter sain).
  • Pour les travaux de rénovation ; 25 % des travaux HT dans une limite de 15 000 euros par logement (habiter sain)
  • Pour d’importants travaux d’amélioration de la performance énergétique du logement ; 25 % du montant des travaux HT dans une limite de 15 000 euros par logement + une prime 1 500 euros.
  • Pour les travaux de réhabilitation de logement indigne ou profondément dégradé ; 35 % du montant total des travaux HT dans une limite plafonnée à 28 000 euros par logement (Habiter serein).

Si les travaux de rénovation engagés permettent à votre logement loué de diminuer sa consommation énergétique d’au moins 35 %, il vous est dans certains cas possible de cumuler les aides précédemment citées.